Histoires, anecdotes de Madagascar

Pierres et mminéraux de santé

Escrocs

Loto biographie


En 1970, Clifford Irving eut l’idée de rédiger une biographie fictive de Howard Hugues, dont la vie avait généré de nombreuses légendes. Il en parla à son ami Richard Suskind, qui lui rendait visite à Ibiza, dans les Baléares. «T'es sonné, lui répliqua Suskind. Jamais un éditeur n'acceptera de participer à une telle supercherie !;» Mais Irving avait déjà commencé à «correspondre» avec Hughes.
En fait, à partir de lettres originales de Hughes parues dans Newsweek et Life, il s'était créé plusieurs lettres, écrites à lui-même, dont une de neuf pages. Fort de toute cette correspondance, Irving se présenta chez le célèbre éditeur McGraw-Hill en lui montrant les preuves qu'Howard Hughes l'autorisait (c'était écrit en toutes lettres «de la main» de Hughes) à publier la véritable histoire de Howard Hughes.
Il avait vérifié si des publications du même genre étaient en cours, mais il n'y avait rien de prévu dans ce domaine. Irving se vit proposer la réécriture d’un livre ébauché par le reporter James Phelan et Noah Dietrich, seul confident de Howard Hugues. Fort de ces éléments inespérés, Irving pondit une première version de la convoitée autobiographie qui plût énormément aux éditeurs. Hugues exigeait un million de dollars pour celle-ci. Les éditions Mac Graw-Hill proposèrent via Irving 750 000 dollars.
Hugues parmi ses excentricités refusait de rencontrer qui que ce soit et déléguait tous ses ordres. Donc, c’est Irving qui leur confirma que le magnat acceptait l’offre. Il précise que Hughes veut que les chèques soient libellés à l’ordre de H.R.Hugues et remis à Clifford Irving. L’éditeur s’exécute et Irving confie les trois chèques de 250 000 dollars à sa femme, qui file ouvrir un compte en Suisse, au nom de Helga (H) Rosenkrantz (R) Hugues. Puis elle transfère l’argent par tranche, sur un autre compte créé au nom de Helga Rosenkrantz.
Tout se passait bien jusqu'à ce qu’un témoin, Howard Hugues lui-même ne sorte de sa tanière et nie tout contrat avec Irving pour cette autobiographie, dont la publication avait été grandement relayée par la presse. Pris de court les époux Irving furent arrêtés, Clifford fut condamné à deux ans et demi de prison aux USA, sa femme Helga à deux ans en Suisse. Ils divorcèrent peu après.

Je vous vois !