Histoires, anecdotes de Madagascar

Pierres et mminéraux de santé

Malédictions

Le diamant maudit


Le diamant HopeLe diamant nommé, diamant de l’espoir fut volé par un prêtre hindou. Ce diamant ornait une déesse indienne vénérée. Le prêtre fut torturé et tué.
Le diamant refit surface en Europe en 1642 par le biais d’un contrebandier français, Jean-Baptiste Tefernier. Il le vendit, et son fils dilapida la fortune acquise. Tefernier fut dévoré par des chiens en Inde où il était retourné chercher une autre pierre précieuse.
Le diamant arriva en possession de Louis XIV, qui le fit retailler, la gemme passant de 112 carats à 67. Cela ne changea rien à son maléfice. Nicolas Fouquet, superintendant du roi, l’emprunta pour un dîner. Il fut accusé de détournements de fonds et mourut en prison.
La princesse de Lamballe le portait souvent, et elle fut massacrée par la foule de Paris. Louis XIV, son propriétaire, mourut ruiné, ayant mis son pays à genoux financièrement.
Louis XVI et Marie-Antoinette qui héritèrent du joyau finirent guillotinés.
En 1830, Henry Thomas Hope, banquier américain acquit le diamant pour 150 000 dollars et lui donna son nom. Rapidement il fut ruiné et un de ses petit fils mourut également ruiné.
Le dernier héritier, effrayé, se débarrassa du bijou maudit et le diamant passa entre diverses mains. Entre autres, dans celles de Jacques Colet qui se suicida, et du prince russe Ivan Kanitovitch qui fut assassiné. Le sultan turc Abdul Hamid l’acheta 400 000 dollars en 1908, et l’offrit à sa maîtresse favorite, Subaya. Peu après il fut renversé.
Le propriétaire suivant eut moins de chance. Simon Montharides eut un accident de voiture peu après avoir pris possession du diamant funeste. Il mourut dans le crash, ainsi que sa femme et sa fille.
Le diamant retraversa l’atlantique dans les mains du financier Ned Mac Lean. Le joyau de mauvaise réputation lui fut cédé pour 154 000 dollars. Peu de temps après, son fils Vincent se tua dans un accident automobile, puis sa fille décéda d’une overdose. Sa femme plongea dans l’héroïne à cause du chagrin et Ned finit ses jours dans un asile en 1947. Le diamant fit partie de l’héritage aux petits-enfants, dont la petite Evalyn qui avait cinq ans.
Deux ans plus tard, la famille Mac Lean vendit la pierre à Harry Winston, négociant en pierres précieuses, qui en fît don au Smithsonian Institute, où il se trouve encore. Bien lui en prit, car on trouva Evalyn Mac Lean morte dans son appartement à Dallas en 1967. Elle avait 25 ans et les raisons de sa mort restent inconnues.

Je vous vois !